Art et culture en Luberon
Cathédrale Sainte Anne à Apt

Le Patrimoine Religieux du Pays d'Apt

Importante ville romaine de la Provence, Apt (Apta Julia) fut une des premières cités christianisées de la Gaule. Des émissaires aptésiens sont envoyés au concile d Arles, en 314. Les 17 siècles de chrétienté qui se sont succédés en pays d Apt ont laissé dans son terroir des traces innombrables. Impossible ici d en faire en inventaire exhaustif : c est par dizaines que se comptent églises et chapelles, perchées parfois jusqu au sommet des collines ; par centaines les oratoires bornant jusqu aux plus petits chemins.

De cette multitude se dégagent d abord les monuments majeurs. Au centre de tous, la cathédrale Sainte-Anne. Une cathédrale qui n'en est pas une, d ailleurs. Apt a perdu en 1801 son titre d évêché, et sa cathédrale est alors devenue basilique. Au c ur de la cité, l'édifice a été établi sur les restes du forum romain. La crypte inférieure, encore accessible de nos jours, est un reste de l antiquité. Au-dessus, la crypte supérieure a été aménagée à l'époque romane pour permettre l'adoration des reliques de Sainte Anne, la mère de la Vierge Marie. Des reliques qui auraient été découvertes miraculeusement en ce lieu même, au début du Moyen-Age. L édifice visible aujourd hui, dont les plus anciennes parties conservées (nef du corpus domini, au sud) semblent remonter au XIème siècle, a été agrandi et restauré au cours des siècles. Certaines parties sont gothiques, d autres classiques. Le bâtiment, classé Monument Historique, est en cours de restauration. Dans la campagne du pays d Apt, plusieurs abbayes attestent de l ancienne splendeur temporelle des ordres ecclésiastiques. Par chance, la plupart sont ouvertes à la visite.

 

Aux confins du pays d Apt, sur la commune de Gordes, l abbaye de Sénanque est la plus connue et la plus visitée. Joyau de l art roman superbement conservé dans son vallon sauvage, Sénanque a fière allure. Mais il vaut mieux la visiter un jour de semaine, en hiver, si l on ne veut pas voir la sérénité du lieu troublée par les flots de visiteurs...

A ceux qui préfèrent des ensembles moins spectaculaires mais plus tranquilles, on ne peut que recommander la visite de l abbaye Saint-Hilaire, à Ménerbes, et de l abbaye Saint-Eusèbe, à Saignon. Bien que privées, ces deux ensembles sont librement ouverts au public.
Saint-Hilaire est accroché au flanc du vallon de la Valmasque, entre Lacoste et Ménerbes, face au Luberon. A une petite chapelle du premier âge roman sont venus s ajouter ensuite une vaste église et des bâtiments conventuels, agrandis et modifiés jusqu au 18e siècle, où l ensemble fut vendu comme Bien National. Aujourd hui restauré avec patience, modestie et savoir-faire, Saint-Hilaire est un des monuments du pays d Apt qui dégage le plus de charme. Ses jardins n y sont pas étrangers.
Derrière Saignon, Saint-Eusèbe baigne dans une autre ambiance. Là, l église altière se dresse, monumentale, dans sa pureté minérale. Plus grand chose n est visible de l ancien couvent établi par un saint Marcian. Mais la nef (elle aussi transformée en bâtiment agricole après la Révolution) a retrouvée lors de récentes restaurations sont lustre ancien. Des expositions d art, des congrès, des réceptions y sont organisés.

Aux portes du pays d Apt, le sanctuaire de la Lumière (commune de Goult) ne frappe pas le visiteur de la même façon. L église, d un baroque tempéré, a été bâtie au-dessus d une ancienne chapelle, qui en forme la crypte actuelle. C est là que des apparitions lumineuses ont eu lieu au 17e siècle. Il s ensuivit une foule de miracles, et l un des pèlerinages provençaux les plus suivis au 19e siècle. Des centaines d ex-voto (tableaux peints en remerciement d un voeu ou d un miracle accompli) constellent les murs de l église. Aujourd hui, le sanctuaire est bien grand pour la petite congrégation qui y réside. Aussi la plus grande partie des bâtiments a-t-elle été transformée...en auberge. Le parc, librement accessible, avec sa chapelle accrochée à flanc de rochers, constitue une fort belle promenade. Les amateurs d art pourront visiter une seconde église, intégrée au couvent rebâti avant-guerre, et qui constitue un remarquable ensemble (mobilier compris) art nouveau.

Une autre abbaye existait encore en pays d Apt : Saint-Chaffrey, sous Gordes. Elle aussi vendue à la Révolution, elle n a pas eu la chance de ses consoeurs saignonnaise et ménerbienne. Aujourd hui encore, Saint-Chaffrey est une ferme, où les visiteurs ne sont pas les bienvenus, et l origine religieuse du bâtiment transparaît à peine dans les ruines de quelques voûtes encore visibles.

Mais le patrimoine religieux du pays d Apt ne vaut pas que par ces importants ensembles. Chacune des 25 communes qui constituent la vallée d Apt a au moins une église, parfois deux, comme à Bonnieux, où la difficulté d accéder à l ancienne église, juchée au sommet du village, a incité les paroissiens à se doter d un nouveau sanctuaire, où leur piété pourrait s exercer sans efforts excessifs...
Parmi ces églises, plusieurs méritent le détour. La plupart sont malheureusement fermées, en dehors des heures de culte. Ainsi de l église de Viens, située en contrebas du village fortifié, très bel exemple d art roman. Ainsi encore de celle de Saignon, dont le portail en bois est orné d un remarquable bas-relief du 16e siècle. Ainsi encore de l église haute de Bonnieux, d où la vue embrasse jusqu au mont Ventoux. L église de Goult est une des rares à rester ouverte au public. Hormis une salle dotée d une belle voûte sur croisées d ogives nervurées, l intérieur y est de moindre intérêt que l extérieur...

Mêmes problèmes pour les très nombreuses petites chapelles rurales du pays d Apt. Après les nombreuses déprédations, il a fallu les fermer, et rares sont celles où le visiteur occasionnel aura la chance de pouvoir pénétrer. C est le cas pourtant de Sainte-Marie-de-Buoux, perdue sur un plateau au-dessus du village, et qu environne un petit cimetière clos, aujourd hui encore utilisé. A quelques kilomètres à l est, la chapelle Saint-Pierre d Auribeau, au pied d une tour médiévale, a été puissamment restaurée. L édifice y a gagné en solidité ce qu il a perdu en charme. Même cas de figure à Saint-Ferréol de Viens, chapelle privée qui accueille des expositions d art prestigieuses.
Les solitaires préféreront sans doute la petite chapelle Saint-Pierre de Fumeirasse, mussée au fond d une combe de Villars, et qui enferme dans ses murs les inscriptions d un temps romain auquel elle a succédé. A Saint-Saturnin, Sainte-Radegonde, au sommet de la colline de Perréal, n est plus qu un édifice sans style et sans grand intérêt. On visitera plutôt la chapelle Saint-Véran, à Goult, qui a fait l objet de restaurations multiples, témoignant d une histoire mouvementée. Et de retour vers Apt, on n oubliera pas de faire halte à la chapelle Saint-Marcian, encagnardée sous ses grands cèdres au bord de la route de Buoux. Le petit sanctuaire a été élevé au-dessus du rocher où Marcian fut retrouver mort, voilà quelques 15 siècles, et d où on ne put le déplacer.

D autres chapelles parsèment la campagne : on estime à 70 le nombre de celles encore visibles en élévation. Encore faut-il y ajouter à peu près autant, qui ont disparu, mais que l on connaît grâce au texte. Parfois l une est identifiée, sous l apparence anodine d une vieille grange, ou noyée dans le corps de bâtiment d une ferme. Parfois encore, un paysan lève dans son champ, sous le soc de sa charrue, quelques lauses et des fragments d os. Ici s étendait jadis un cimetière, ici s élevait alors un sanctuaire.

Dans le pays d Apt pétri d histoire, le patrimoine se révèle bien loin des itinéraires touristiques : il suffit souvent d ouvrir les yeux pour en voir les traces fugaces à chaque angle de champ, dans chaque coin de garrigue.

Bibliographie
Provence romane, tome 2, sous la direction de Guy Barruol. Edition Zodiaque.
Apt, ville d art et d histoire, René Bruni (disponible à l office de tourisme d Apt)
Luberon, carnets d un voyageur attentif. Patrick Ollivier-Elliot. Edisud.
De petites monographies de certains bâtiments existent parfois, de valeur inégale. On les trouve en général à la mairie de la commune, ou au dépôt de presse s il y en a un.

 
L'album de la Cathédrale Sainte Anne d'Apt
  • Chapelle royale Sainte Anne d'Apt en Luberon