Une actualité du Luberon

2010 - ANNÉE INTERNATIONALE DE LA BIODIVERSITÉ

Notre terre est belle, notre terre est riche, riche de son incroyable diversité biologique. Une diversité biologique dont l homme a très certainement conscience depuis bien longtemps, mais dont il ne mesurait sans doute pas la grande importance. Bien sûr grâce aux nombreuses espèces animales et végétales, l homme a pu se nourrir et grâce à la diversité des milieux de vie il a pu trouver un habitat. Mais la biodiversité c est bien plus que l inventaire de tout ce qui se trouve sur notre planète .

Biodiversité est un terme relativement récent inventé dans les années 80, il est le résultat de la contraction de diversité biologique. La biodiversité n est pas seulement la reconnaissance de l importante diversité biologique de la terre mais c est avant tout la prise de conscience des interactions qui existent entre les différentes espèces vivantes et leurs milieux de vie. C est le résultat de l histoire de plusieurs milliards d années de l évolution du monde vivant sur la terre.

La notion de biodiversité comporte selon les spécialistes de la question 3 niveaux interdépendants :

- la diversité des milieux de vie (océans, forêts, prairies, montagnes, jardins, jardins publics etc.)

- la diversité des espèces qui vivent dans ces milieux qui interagissent entre elles et avec leur milieu

- la diversité des individus au sein de chaque espèce.

C est en 1992 à Rio de Janeiro lors du Sommet de la Terre que le terme de Biodiversité prend toute son ampleur. La première convention sur la biodiversité (CDB) est établie, à l heure d aujourd hui, elle est ratifiée par environ 190 pays, l importance de la biodiversité est reconnue. Cette convention a pour objectif la conservation de cette diversité biologique, ainsi que le développement durable et le partage équitable des ressources terrestres.

Cette année 2010 a été décrétée année internationale de la biodiversité par l ONU. La mise en avant de la biodiversité tout au long de cette année a pour principal objectif d alerter l opinion publique sur cet enjeu majeur qu est la conservation de la diversité biologique sur terre.

Le déclin très rapide de la biodiversité est avéré depuis maintenant quelques années, mais peu de gens ont conscience de l état et des conséquences du déclin de cette biodiversité. En effet seulement quelques décennies ont été nécessaires à l homme pour altérer les écosystèmes naturels (forêts primaires ou tropicales, lacs, mangroves etc.). Selon l IUCN qui est le réseau des organismes et des experts de l Union Internationale pour la Conservation de la Nature, la biodiversité chute 1 000 à 10 000 fois plus vite que le rythme naturel d extinction et 1 mammifère sur 4 est menacé de disparition.

Les causes de ce rapide déclin sont multiples mais les principales raisons sont les suivantes :

- La rapidité du changement climatique que nous vivons fait que de nombreuses espèces n ont pas le temps nécessaire pour s adapter et voient leur milieu de vie profondément modifié ou détruit.

- L urbanisation galopante de ces dernières décennies a détruit un très grand nombre d habitats naturels.

- La pollution chimique causée par l agriculture intensive et la quantité colossale de déchets que nous produisons.

- L introduction d espèces exotiques très envahissantes comme le fameux frelon asiatique.

- La surexploitation de nos ressources (déforestation, pêche intensive, braconnage etc.).

Le déclin la biodiversité à l heure actuelle n inquiète pas autant que le changement climatique et pourtant. Il est vrai que le changement climatique est beaucoup plus facilement perceptible, tempêtes, séisme, niveau de la mer qui monte etc. Pourtant la biodiversité est présente dans nos vies au quotidien, en premier lieu elle est la base de l alimentation, elle est là quand nous nous habillons et quand nous nous soignons.

Et si la biodiversité venait à s écrouler cela serait une véritable catastrophe. Nous pouvons avoir une petite idée de l ampleur que cela prendrait en nous penchant sur les abeilles et leur population en chute libre. Imaginons un monde sans abeilles, donc sans pollinisation et donc une baisse de la production des cultures vivrières qui mettrait en grand danger la sécurité alimentaire

C est la diversité biologique de notre planète qui a toujours assuré la survie de l être humain. Espérons que cette année internationale de la biodiversité alertera l opinion publique sur ce sujet ô combien important et que des solutions innovantes seront trouvées et soutenues.

 

La France participe à cette année internationale et a donc déclaré la biodiversité cause majeure pour 2010, s engageant ainsi à protéger son riche patrimoine naturel.

La France est un pays dont le patrimoine naturel est d une incroyable richesse. Avec son domaine maritime (métropole et Dom Tom) de 11 millions de km2, qui est au 2nd rang mondial et sa présence sur 2 continents et 3 océans, notre pays possède une diversité biologique exceptionnelle mais très fragile. Nous sommes au premier rang européen en ce qui concerne la diversité des amphibiens (38 espèces), celle des mammifères (120 espèces) et des oiseaux (357 espèces).

Mais la France métropolitaine est également placée au 4ème rang européen des pays abritant un grand nombre d espèces mondialement menacées, et le territoire Français dans son ensemble au 8ème rang mondial en rapport des pays abritant des espèces mondialement menacées Et il est à noter que chaque année notre territoire perd plus de 60 000 ha de terres agricoles à cause d une urbanisation galopante. Il est donc nécessaire d agir rapidement afin de préserver notre patrimoine naturel et cette année internationale est une occasion d agir pour protéger la biodiversité.

Devant l importance de son patrimoine naturel notre pays s est engagé dès les années 60 à le préserver. Les premières politiques de protection étaient pour l essentiel basées sur la protection des milieux et espèces dites remarquables, c'est-à-dire emblématiques d une région ou d une culture. En 2002 la France a ratifié au Sommet pour la Terre de Johannesburg la convention pour la diversité biologique, puis en 2004 une stratégie nationale pour préserver la biodiversité est mise en place. Cette stratégie nationale vise la mobilisation, la reconnaissance de la valeur de la diversité biologique, amélioration de l intégration de cette notion par les politiques publiques et le développement de la connaissance scientifique.

Grâce à cela de nombreuses actions ont été engagées bien avant que 2010 soit déclarée année internationale de la biodiversité. Cette année devrait renforcer ces actions et en lancer d autres. En octobre 2010 les 190 pays qui ont signé la convention sur la diversité biologique dont la France se retrouveront au Japon afin de faire un point sur cette année et mettre en place les actions de « l après 2010 ».

 

 

La Provence et ses paysages somptueux, la Provence et ses espaces naturels préservés, la Provence et ses multiples visages La réputation de cette terre d accueil n est plus à faire et le nombre important de personnes venant chaque année passer leurs vacances en Provence ne fait que confirmer l incroyable richesse de son patrimoine.

 

Car la biodiversité c est également selon la convention sur la diversité biologique la protection des savoirs locaux, car les modes de vie dits traditionnels ont une approche de la gestion durable de leur environnement souvent très intéressante. La protection de la nature est indissociable de l évolution de la société, donc de l évolution des activités économiques.

C'est en tenant compte de cette problématique, que le réseau Natura 2000 a vu le jour. La démarche de ce réseau est bien entendu la préservation de notre environnement mais en tenant compte des préoccupations économiques et sociales des autochtones. La Provence compte une superficie importante de ces zones protégées par le réseau Natura 2000 comme le Mont Ventoux par exemple.

En 1972 le programme l homme et la biosphère (MAB) est lancé, le but étant de créer des réserves de biosphère à travers le monde dans des endroits clés au niveau de la biodiversité. A ce jour il existe à travers le monde 553 de ces réserves réparties dans 107 pays et le territoire français (métropole et Dom Tom) en compte 10. Sur ces 10 réserves de biosphères françaises, 3 se situent en Provence : Le Luberon, le Mont Ventoux et la Camargue.