Une actualité du Luberon

25 OCTOBRE 2007 - NAISSANCE DU NOUVEAU MUSÉE DE GÉOLOGIE DE LA MAISON DU PARC DU LUBERON

Discours d'inauguration du Musée de Géologie de la Maison du Parc par Jean-Louis Joseph (25/10/2007)

 

Monsieur le Préfet,
Monsieur le Sous-Préfet,
Mesdames et Messieurs les Conseillers Régionaux, Conseillers Généraux et Maires,
Mesdames et Messieurs, chères et chers collègues,

Je vous remercie d´être présents aujourd´hui à l´inauguration du nouveau musée de géologie de la Maison du Parc. Cette opération, dont je me réjouis particulièrement, concrétise une année particulière : une année d´anniversaire.
Les 20 ans de la Réserve naturelle géologique du Luberon qui s´inscrit dans les 30 ans du Parc qui s´inscrivent dans les 40 ans de la Fédération des Parcs naturels régionaux de France.

Permettez que je revienne 30 ans en arrière, en 1977. Il n´était, alors, guère question de patrimoine géologique. Le tout jeune Parc du Luberon fut un précurseur et un pionnier en ce domaine en région Provence-Alpes-Côte d´Azur. Dès la première Charte, la protection des fossiles apparaissait dans le texte constitutif.
Et surtout, dès 1979 et 1980, le Parc faisait réaliser un inventaire des richesses géologiques de ce territoire. 50 gisements étaient alors répertoriés, des gisements paléontologiques pour l´essentiel et, pour un certain nombre d´entre eux, d´intérêt international.
Cet inventaire mettait non seulement en évidence la réalité d´un patrimoine remarquable mais aussi la nécessité de sa protection face aux menaces qui pesaient sur lui, causées essentiellement par des fouilles sauvages.
Ce constat, relayé par l´Etat, aboutissait à la création de la Réserve Naturelle Nationale Géologique du Luberon par décret ministériel, en septembre 1987.

La Réserve a donc 20 ans.
Deux décennies riches de découvertes, d´enseignements, de travail et de réalisations.
Pour célébrer cet anniversaire, une manifestation a eu lieu à Céreste le 3 juin 2007 et dans plusieurs communes du Luberon entre mai et juin.

La mission première d´une Réserve naturelle est la protection du patrimoine.
Mission réussie puisque les fouilles sauvages qui parsemaient les sites ont stoppé à 95%.
Actuellement, la surveillance est organisée en interne grâce à un des géologues du Parc, agent commissionné au titre de la protection de la nature depuis 2006.
Depuis 20 ans ont été développées des actions de recherche scientifique, de chantiers de fouilles, d´études. Savez vous qu´ainsi, entre autre, Viens a donné son nom à une empreinte de pas fossile : Entelodonichnus viensis, Céreste à une libellule, Lestes ceresti, et le Luberon à une perche fossile Rhénanoperca luberonensis
Si j´ai écorché les noms, vous pouvez les vérifier. Ces fossiles sont présentés ici, dans ce musée.

Ont suivi des actions de communication, de valorisation, carte, guides, sentiers, expositions, visites, actions pédagogiques, séjours touristiques... La liste est longue.

En 20 ans, plusieurs dizaines de milliers de résidents, de visiteurs, de scolaires ont participé à une action ou une autre et, nous l´espérons, ont découvert sous un autre jour une discipline un peu mal aimée et un patrimoine souvent méconnu.
La géologie est ainsi devenue un outil au service d´un développement scientifique, culturel, pédagogique et touristique durable de ce territoire.

Ceci s´est concrétisé, en octobre 2004, par l´admission du Parc du Luberon au sein du réseau des géoparcs européens et des géoparcs globaux, réseau mondial labellisé par l´UNESCO qui regroupe actuellement 32 géoparcs dans 14 pays européens et 21 autres en Chine, au Brésil, en Malaisie et en Iran.
Soulignons qu´il n´existe que deux géoparcs en France : la Réserve géologique de Haute-Provence et le Parc du Luberon, tous deux en région PACA.

Aujourd´hui, le nouveau musée que nous inaugurons s´inscrit dans cette dynamique. Il s´inscrit aussi dans un réseau de sites aménagés et de musées qui, répartis sur le territoire, présentent la géologie et l´utilisation que l´homme en fait: le musée de Vachères, le sentier de Cabrières d´Aigues, le musée de Saint Maime, le moulin de Salignan...
Il remplace l´ancien musée qui avait 20 ans et nous raconte l´histoire géologique des paysages du Luberon.
C´est une histoire qui paraît complexe aux néophytes que nous sommes mais ce musée a été conçu avec clarté et simplicité pour accueillir le public non connaisseur et les nombreux scolaires qui sont habitués à travailler avec le Parc depuis des années.

Il a été conçu par le service géologie du Parc, Christine BALME et Stéphane LEGAL avec l´aide de François MICHEL, consultant, qui nous a amené sa compétence et sa clairvoyance.
La maîtrise d´oeuvre a été assurée par Hélène POITEVIN, scénographe, et le graphisme par Guy BARGIN. Ils ont su parfaitement traduire et concrétiser le programme élaboré.

Je citerai aussi Aline LAAGE qui a réalisé les très belles peintures, reconstitutions des paysages du passé, et Françoise BARGIN qui a imaginé les petites mascottes (Monique et Bastien) qui accompagnent la visite.
Les différentes entreprises ( Acte II pour le mobilier, Serge BARRAL pour les peintures, CADELEC pour l´électricité, Lettres et Lumière pour la signalétique et Trait et Volumes pour les maquettes) ont réalisé un excellent travail, pour un résultat dont nous pouvons tous être fiers sous le regard critique et très utile de Serge MARTY, représentant du maître d´ouvrage qu´est le Parc.

Soulignons aussi que l´opération s´est déroulée sans dépassement ni des délais ni du budget que nous avions fixés au départ.

Je remercierai très chaleureusement les nombreux partenaires qui ont participé à la création de ce musée, par le prêt ou le don de fossiles, par le prêt de documents iconographiques ou cartographiques. Je ne pourrai pas les citer tous, mais beaucoup sont présents dans cette salle. Leur aide et collaboration nous ont été précieuses.

Le coût total de cette réalisation s´élève à 180 574 euros. Elle a pu être réalisée grâce aux concours financiers de la région PACA pour 30%, du Ministère de l´Environnement représenté par la DIREN pour 16%, de l´Etat par le FNADT pour 7% et du Conseil Général de Vaucluse pour 24%. L´autofinancement du Parc a été de 23%.

Je terminerai en vous annonçant que l´année prochaine, 2008, c´est l´Année Internationale de la Planète Terre. A cette occasion, un certain nombre de manifestations sont prévues en France et notamment, en septembre 2008, l´organisation par les trois réserves naturelles géologiques, Haute-Provence, Sainte-Victoire et Luberon, des 4èmes journées nationales du Patrimoine géologique, après Paris, Lille et Brest sous l´égide du Ministère de l´Environnement. Nous aurons donc l´occasion de reparler bientôt de géologie.