Maquette votive de la frégate Le Dragon d'Apt en Luberon
Maquette votive de la frégate Le Dragon d'Apt en Luberon

Le Dragon du musée d'Apt

HISTOIRE DU DRAGON

C'est en effet sur ce bateau baptisé « Le DRAGON », une frégate, vaisseau de quatrième rang dans la classification de la marine d alors, qu'embarquèrent plusieurs officiers et une compagnie de fantassins du pays d' Apt au cours de l'année 1654. Direction le sud de l'Italie pour tenter de reprendre Naples à l'Espagne. Mazarin, qui avait ordonné l expédition, place sous le commandement du duc de Guise une flotte imposante constituée de 18 vaisseaux (dont « Le Dragon »), 6 galères et une vingtaine de bâtiments plus légers.

« Le Dragon » avait été construit à l'arsenal de Brest en 1646, par Laurent Hubac, un des plus éminents maîtres charpentiers de l'époque. C'est un vaisseau de 35 à 36 m de long et de 9 à 10 m de large. Il a été construit avant la réforme de la marine de guerre voulue par Colbert, mais présente déjà, semble-t-il, des caractéristiques techniques annonçant les changements à venir 30 ans plus tard. Armé de 38 canons, il peut transporter 225 hommes et 5 officiers. Après avoir participé à de nombreuses campagnes en méditerranée occidentale, il sera retiré du service en 1674 et vendu à Brest en 1684.


SAINTE ANNE, PROTECTRICE DES MARINS

L'expédition de Naples allait être mouvementée. La flotte « appareille de Toulon le 6 octobre 1654, fait le tour de la Sicile, est chassée par la tempête jusqu à Malte, revient sur les côtes de Sicile, et se présente enfin devant Naples le 15 novembre. Le lendemain, les galères espagnoles sont détruites et le débarquement des troupes réussi. Mais devant l hostilité des Napolitains, le duc de Guise doit rembarquer le 23 novembre. La flotte est ramenée à Toulon en décembre 1654. »

C'est probablement lors du retour de cette offensive napolitaine, que se situe le naufrage évité de justesse par le Dragon, et qui a suscité le voeu fait à Sainte-Anne. La fondation de la messe de reconnaissance est en effet fixée au jour de la saint André, c est à dire le 30 novembre. C'est donc probablement en ce jour de 1654 que la flotte a essuyé la tempête qui a failli coûté la vie à l'équipage du Dragon, et qui a obligé l'armée embarquée à rentrer sur Toulon. La messe a été établie le 4 janvier 1655, c est à dire un peu plus d un mois après la catastrophe évitée. C'est sans doute aussi le temps qu'il a fallu au charpentier du bord pour confectionner la maquette qui fut offerte à Sainte-Anne.
En plus de la maquette et de la fondation de la messe, pour laquelle ils offrent 60 livres, les officiers et les hommes de la compagnie donnent également la somme de 218 livres pour concourir à l'achèvement de la chapelle Sainte-Anne, dont les travaux commencés en 1643, étaient suspendus depuis 1650 
La compagnie d Aptésiens embarquée sur le Dragon avait été levée dans les mois précédant l expédition. Elle était placée sous le commandement de personnages appartenant à la noblesse de la ville : Pierre d'Isnard de la Riaille, commandant, Alexandre Mervesin, Henri de Sineti, Honoré Grossi, Pierre de Bourgarel, officiers.

Sainte-Anne a bien sûr été invoquée par ces hommes, comme patronne de leur ville, mais aussi en tant que protectrice des marins, réputation dont elle jouit parmi les gens de la côte : « Les patrons de navire et autres gens marins de Marseille sçavent bien dire si Madame Saincte Anne est à Apt, car il n y a année qu ils ne luy viennent faire offrande pour l ayde qu ils ont eue de ceste Dame » (Pierre Legrand, Le Sépulchre de Madame Saincte Anne, début XVIIème s.)


HISTOIRE D'UNE RESTAURATION

La grande diversité des matériaux qui composent la maquette : bois blanc, résineux, liège, bambou, cuir, enduits, peintures sans oublier les cordages en chanvre, les oriflammes en soie, et sa fragilité due à son âge vénérable (plus de 350 ans) ont nécessité une longue étude préalable avant restauration, puis un travail minutieux et attentif de démontage, de consolidation et de remontage pour restituer sa place à chaque élément de l ensemble. Bien qu il s agisse d une maquette votive, généralement moins fidèle qu une maquette d étude que réalisaient les chantiers navals, son âge et ses caractéristiques en font la plus ancienne et l une des plus intéressantes maquettes de bateaux de guerre connues à ce jour en Europe.
Longtemps exposée à la cathédrale d Apt, dans l ancienne chapelle Sainte-Anne, elle fut par la suite négligée, en raison de son mauvais état, avant d être transférée au musée en 1970. La ville d Apt décida d engager la restauration en 1995. Les travaux d étude et de restauration ont été cofinancés par la ville d Apt et la Direction des Musées de France (Ministère de la Culture), à raison de 50% chacun.

Les études et les travaux furent confiés à une étudiante de l Ecole du Louvre (Catherine Perlès), qui publia son mémoire dans la revue d Archipal (n°47, juin 2000), et à un restaurateur (Alain Renard) agréé par la Direction des Musées de France. Les travaux longs et complexes (étude préliminaires, analyses de matériaux, restauration) se sont déroulés dans les ateliers de la Direction des Musées de France, à Versailles. La maquette vient d être restituée à la ville, à la veille des Journées du Patrimoine et trônera, dans quelques temps, dans une salle du Musée d Histoire et d Archéologie, consacrée aux ex-voto peints, parmi lesquels figurent d ailleurs plusieurs autres ex-voto marins, offerts à Sainte-Anne, et relatant aussi bien des tempêtes en mer que des batailles navales aux XVIIème et XVIIIème siècles.

Notons qu une seconde maquette, exécutée quelques dizaines d années plus tard et confiée à la cathédrale à la fin du XVIIème s., probablement pour les mêmes raisons que notre « Dragon » aptésien, se trouve dans les ateliers de restauration de Versailles.

Album photos de la Frégate Le Dragon
  • Maquette de la Frégate Le Dragon
  • Maquette de la Frégate Le Dragon
  • Détails des canons de la frégate Le Dragon (maquette)
  • Maquette de la Frégate Le Dragon
  • La proue de Frégate Le Dragon (maquette)
  • Peinture Fait à la glorieuse Sainte Anne
  • Peinture Fait à la glorieuse Sainte Anne (détails)
  • Peinture Fait à la glorieuse Sainte Anne (détails)