Nature et environnement en Luberon
Permaculture en Luberon

Quelques principes de base du jardin en permaculture

La permaculture n'est pas une technique agricole supplémentaire mais un mode de fonctionnement différent, une démarche s'inspirant de la nature. Mais c’est aussi un éloge de la lenteur et une réflexion sur son rapport au temps et aux autres.

Pratiquer la permaculture dans son potager n'est pas compliqué ; les quelques principes de base essentiels paraissent même être une évidence lorsqu'on les énonce.

 

Premier grand principe, on évite les déchets et on récupère.

Faire son compost est un élément important dans un jardin en permaculture où rien ne doit jamais être perdu. Ainsi tout en diminuant nos déchets ménagers, on élimine les déchets du jardin pour fertiliser le sol.

L'eau de pluie est récupée et pour éviter de la gaspiller, quand c'est possible, on arrose en goutte-à-goutte. Et pour garder l’humidité, on ne laisse jamais un sol nu en mettant du paillage qui a également une fonction de protection.

Deuxième grand principe, vous l'aurez compris, c'est de prendre soin de son sol.

Donc, on arrête d'utiliser des pesticides et autres fongicides chimiques qui détruisent la vie du sol. De même il n'est plus temps de retourner sa terre, pour préserver la vie souterraine on se servira d'une « grelinette ». En effet, les vers de terre sont essentiels dans un jardin en permaculture. Ils aident à garder le sol meuble et en bonne santé. Une bonne structure du sol se compose d’une grande population de vers de terre et d’insectes bénéfiques.

 

Enfin, il faut favoriser un maximum de diversité dans un minimum d’espace sans craindre de cultiver serré et d'associer les plantes : légumes, herbes, fleurs comestibles, petits arbres fruitiers et plantations d’ornement


Une fois votre jardin en permaculture conçu et réalisé, il prendra soin de lui-même naturellement et vous n’aurez plus alors qu’à l’arroser de temps en temps, en récolter les fruits et remettre occasionnellement du paillage pour protéger votre sol. 

Philippe Clin.